dimanche 24 juillet 2011

Opération rose bonbon!


Les chroniques d’une fraîchement divorcée… épisode #3

Avec le temps et l’expérience, j’ai compris qu’il existait différents types de filles préoccupées dans la vie:

- Il y a celles qui pleurent sans cesses.
- D’autres qui préfèrent dormir.
- Il y a celles qui recherchent des réponses dans les livres.
- D’autres qui préfèrent, tout simplement, prendre la fuite.
- Il y a celles qui deviennent de vraies bourreaux de travail. Je ne sais pas de qui vous parlez?
- D’autres qui deviennent de réelles empotées.
- Au final, il y a celles qui mangent leurs émotions.


Tiens, tiens... J’ai envie d’essayer une nouvelle option, question de faire changement. Dieu sait que j’adore les transformations. Je change pratiquement les pièces de mon appartement une fois semaine. Quand mon horaire du temps me le permet, bien sûr.

Et si je devenais gloutonne?

Manger ses émotions me semble être une option intéressante, différente et divertissante....
Surtout que mon alimentation laisse quelques peu à désirer c’est temps-ci. Alors, je teste l’alternative : manger ses émotions pour une semaine.  Quelle belle coïncidence, j’habite juste à côté d’un Dairy Queen. Juste spécifier, je vois la belle enseigne lumineuse de la fenêtre de ma chambre. De quoi me tenter davantage.


Alors, voici le menu de ma semaine :

Jour #1 : Blizzard gâteau au fromage
Jour #2 : Flotteur au framboise bleue
Jours #3 : "Peanut buster"
Jour #4 : Sunday aux caramel
Jour #5 : Sandwich à la crème glacé
Jour #6 : Wow, le Dairy Queen offre des gâteaux!
Jour #7 : J’ai mal au coeur...

Ingérer plus de 10 000 calories par semaine, je crois que ce n’ait pas mon fort. Qu’est-ce que je peux faire alors... Substituer pour du Macdo? C’est dans un moment de désespoir que j’ai penché la tête vers le bas en digne de profond découragement, lorsque j’ai vu mes pieds.

J’ai poussé un cri de mort. Voyons, avec mon agenda qui ne cesse de se remplir, je les avais complètement oubliés. Il me faut une pédicure i.m.m.é.d.i.a.t.e.m.e.n.t. Comme je suis en panique, et que ma semaine de test n’ait pas termineé, il faudrait nécessairement que j’opte pour de la nourriture. Comment opter pour une option similaire sans calorie.

Je sais! Direction Candy Nail Bar, 6218 rue Saint-Hubert: « Une expérience divinement délicieuse »

Un bar à ongle de style boutique très sympa tout vêtu de rose bonbon. De quoi à la « girlie » en moi. De plus, il y a une odeur de desserts sucrés qui plane dans l’espace. J'en ai l'eau à la bouche.

Je regarde le menu avec gourmandise. Qu’est-ce que je peux bien me mettre sous la dent? Je choisis alors une pédicure Candy de luxe : bain de pied, limage, exfoliation, massage hydratant et vernis. La jolie demoiselle me demande si je veux une manucure aussi, tout en me regardant mes mains de cendrillon. Effectivement, cela ne me ferait pas de tort. J’ose la totale!

« Quel couleur de vernis vous voulez Stéphanie? »

«  Eeeeeee... Couleur première date, s’il vous plaît. »

Est-ce que je suis en train de vendre le « punch » de mon histoire ou c’est encore une question de dérapage? "Crème à la glace, limonade sucrée... Dit moi le nom de ton cavalier?"

"J'entends rien, je chante très fort en me bouchant les oreilles."

Je vous dis, mesdames, tout « ça », c’est une autre histoire...

Revenons à nos bonbons maintenant. Je vous dis l’expérience sensorielle est vraiment intéressante. J'aurais eu quelque chose dans la bouche et j'aurais été aux anges!Tous les massages sont effectués avec des crèmes odorantes rappelant les petits gâteaux et les sucreries. Parfait pour la gourmande qui sommeil en nous, mais le tour de taille en moins. Alors, voilà pourquoi le Candy Nail Bar est une option pour les compulsives de notre genre.

Il y a même possibilité de réserver l’endroit pour des événements spéciaux, comme par exemple des enterrements de vie de jeunes filles. Bonjour soirée « glamour » exit lapine cochonne.
Vous pouvez toujours allé consulter le site pour de plus amples renseignements : http://www.candynailbar.com

Alors, voilà le résultat final :


Oui, oui! Vous avez bien vu. Un petit cupcake! La différence de ce petit bijou de commerce versus tous les autres de Montréal : Ils sont l’unique bar à ongle, à vous offrir une panoplie de parures pour les ongles inspirées de l’art japonnais. Pssssitttt! Le bar est tellement populaire que la propriétaire, Tamara Di Lullo, est en processus d’agrandissement. De quoi ravir les clientes complètement "accros".

Sur ce, j’ai décidé de laisser ma carrière de mangeuse compulsive au profit d’une belle manucure, pédicure. La déchéance tire à sa fin et annonce un vent de nouveautés. Je vais devoir me bourrer dans autre chose. Je vous laisse en suspend, puisque, « ça », c’est une autre histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire